Under the tropical sun

parties and sun's cream are required… and paparazzis ?
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Histoire ZARA VON THIENSEN

Aller en bas 
AuteurMessage
Hope Waldorf
• Sweet and Sour • Loveable Admin ♥
avatar

Nombre de messages : 439
Age : 28
Heart : I would like it's he...
Have you got friends : Serena, Olivia,...
Date d'inscription : 26/02/2007

Feuille de personnage
Côte de popularité:
85/100  (85/100)
Music du moment ?: The Film - Can You Touch Me =D
Envie du moment: D'être avec lui xD

MessageSujet: Histoire ZARA VON THIENSEN   Jeu 13 Mar - 23:29

Vous croyez aux contes de fées ?
Moi oui… alors ? Oui ? Vous avez raison…

Toutes les belles histoires font penser
à des contes de fées que personne ne croit, vous auriez
vraiment tord de ne pas y croire. Elles sont tellement belles,
tellement irréelles que l'on en oublie que cela peut être
possible. Par exemple, prenez l'histoire de la jeune femme qu’est
devenue Zara Von Thiensen. Qui aurait pu croire qu'un jour, cet
adorable bout-de-chou deviendrait ce qu’elle est devenue, une jeune
fille épanouie étudiante en lettres ?




Et le commencement n'est pas tout
rose...
Après deux divorces, la jeune et insouciante
Marlene Ziegger n'espérait plus tant des hommes. Déçue,
cette jeune autrichienne alors âgée de vingt-quatre ans
avait connu deux grands bonheurs qui devinrent très vite
d'horribles malheurs. Il y a eu Lincoln Petersen, un honorable avocat
anglais, qu'elle avait rencontré puis épousé
deux mois ensuite à Las Vegas. C'était plus sur un coup
de tête après une bonne soirée qu'un acte
réfléchi. Mais à l'époque, Marlene
Ziegger, qui allait sur ses vingt printemps, s'amusait avant tout.
Les conséquences, elle s'en fichait complètement. Ce
qui l'intéressait : faire la fête. Uniquement
cela.
Depuis toute petite, Marlene Ziegger faisait ce qu'elle
voulait. Enfant capricieuse, ses parents l'a gâtait, se pliant
à ses quatre volontés. Sa famille avait quitté
Vienne alors qu’elle était seulement âgée de
quatre ans, et elle avait passé son enfance et son adolescence
dans le quartier bourgeois français du XVIème
arrondissement, côtoyant les plus riches de ce monde. Et puis,
sur un coup de tête -et quel n'en fut pas le nombre- elle
s'enfuit vivre aux Etats-Unis. Disons que ce n'était pas une
fuite mais plutôt une très grosse envie passagère
de s'éloigner du gratin parisien et des bonnes manières
où les sourires hypocrites sont vos seuls maîtres
d'ordre.

Marlene Ziegger arriva aux Etats-Unis
quinze ans après et rencontra Julian Honney, un brillant
américain qui lui fit découvrir le pays. Ce fut en ces
temps que la jeune fille de dix-neuf ans prit réellement
conscience de la vie et des plaisirs qu'elle lui offrait. Puis, elle
fit la connaissance de ce cher Lincoln Petersen, l'avocat anglais.
Ils se marièrent mais lorsque les parents de Marlene, Mr et
Mme Ziegger apprirent cette union, ils se rendirent compte à
quel point leur fille n'était plus ce qu'elle était.
Irresponsable et immâture, voilà les deux mots
définissant Marlene à la perfection. Et un membre de la
famille Ziegger n'a le droit d'être ainsi. C'est une injure
pour la famille et les regards que l'on vous portent en disent long.
Autant vous dire qu'il fallait que l'attitude de la fille unique
change aussitôt.
C'est alors qu'elle fut envoyée dans
une école française, dans le Sud plus précisément
vers Nice, réputée pour sa sévérité.
Mr et Mme Ziegger se réjouissait de son admission car leur
fille rentrerait dans le droit chemin mais quel ne fut leur désarroi
lorsqu'ils apprirent que Marlene s'était véritablement
enfuie avec un dénommé Jamie Lowell. Lui suivait des
études de médecine, elle tentait de se remettre à
ses études de journalisme... Ils se sont rencontrés par
des amis en commun et ne se sont dès lors plus quittés.
Le couple, qui était partit sur les hauteurs de Monaco, fut
vite rattrapée. Ils avaient eu le temps de se marier, et le
mariage n'a pas été annulé. Car Marlene Ziegger
voulait cette union. Elle disait se sentir bien en la compagnie de
Jamie et n'hésitait pas à avouer que c'était
bien la première fois que cela lui arrivait malgré les
nombreuses histoires d'amour qu'elle avait eu. Ses parents ne
pouvaient vraiment rien, elle était majeure... C'était
elle qui décidait, elle seule. Par la suite, elle prit enfin
conscience qu'elle devait faire quelque chose de sa vie. Elle ne
pouvait pas rester ainsi, il fallait qu'elle change. Sa vie de femme
mariée ne fut pas toute rose... Son jeune mari la
délaissait... Ils étaient beaucoup trop jeunes pour
surmonter de tels rôles. Mais Marlene Ziegger perséverait...
Elle l'aimait, lui non... Son coup de foudre pour elle était
passée, Jamie voulait passer à autre chose. Comme tous
jeunes hommes de son âge, il était volage. Marlene
Ziegger tomba des nues lorsqu'elle apprit qu'il voulait divorcer...
Elle fut profondément blessée... Elle l'aimait tant
mais elle comprit qu'il ne fallait pas qu'elle se donne tant de peine
pour un amour qui n'était pas réciproque. Elle accepta
finalement le divorce mais garda une souffrance en elle pour
toujours.
Marlene Ziegger retourna sous les jupons de sa mère
si l'on peut le dire ainsi. Le réconfort de sa maternelle lui
fit beaucoup de bien et c'est alors qu'elle effectuait un voyage avec
ses parents sur l’île de Capri en Italie, elle succomba aux
charmes du jeune et héritier Cristian Von Thiensen, un
autrichien lui-aussi qui était venu à Capri pour des
vacances... Celui-ci, fils unique, était issu de
l’aristocratie autrichienne. Son père, Peterson Von
Thiensen, venait d’une famille très aristocratique de Vienne
et possédait de nombreuses terres, l'Ecosse et un château
viennos n'en étaient qu'une partie.
L'éducation de
Cristian Von Thiensen fut plutôt simple. Bien que très
riches, ses parents ne le gâtaient point. Certes il avait des
besoins que ses parents comblaient plus qu'il n'en n'aurait fallu
mais le petit garçon n'était pas capricieux. Il était
d'ailleurs le contraire de ce qu'on pourrait appeler « une
peste », il était une véritable crème.
Il était souriant, toujours serviable et gentil. Durant son
adolescence, son comportement ne changea guère. Il devint un
grand romantique aimant la nature et la chasse. Il passait la majeure
partie de son temps à faire la chasse en compagnie de son père
et de ses nombreux amis. Bon fils-à-papa, il ne se prenait pas
la tête et prenait la vie comme elle venait. À l'âge
de dix-huit ans, il décida tout de même de quitter le
cocon familial et s'installa à Paris pour suivre des études
de droit. Le fait de devenir procureur avait toujours été
un grand rêve pour lui et vous vous doutez bien qu'il n'y
manqua pas. Romantique et séducteur, Cristian Von Thiensen eu
des liaisons, sérieuses ou non. Mais lorsqu'il rencontra
Raphaëlle Domanci lors d'un déplacement à Capri,
il prit conscience du vrai "coup de foudre" et que ses
histoires précédentes ne seraient rien comparée
à celle-là. Celle qu'il voulait vivre avec cette
italienne.
Ce fut plus précisément un 4 mai que leur
seconde rencontre marqua un tournant dans la vie de chacun. Tous deux
célibataires, tous deux jouaient comme au chat et à la
souris. À les voir, vous auriez sans doute sourit. Lorsqu'ils
passaient du temps ensemble, ils semblaient heureux, ils oubliaient
leurs différents et ne pensaient qu'à eux deux, unis.
Leur premier baiser, ils le connu lors d'une réception à
l'hôtel Ritz où un des amis des deux familles donnaient
pour fêter un nouveau contrat. Ils avaient loué une
fabuleuse suite au dernier étage pour quelques heures
seulement et l'on vous laisse deviner la suite... Depuis ce soir-là,
les deux jeunes gens alors âgés de vingt-six et
vingt-quatre ans ne se séparèrent plus. Tout s'enchaîna
alors. Marlene Ziegger emménagea à Londres dans
l'appartement du jeune homme et la famille Von Thiensen parlait déjà
de fiançailles. Les parents de Marlene Ziegger réfutèrent
toute idée, il fallait que le jeune couple prenne tout d'abord
ses marques. Mais pour les Watson, cela n'avançait pas vite à
leur goût... Mr Watson, père de Cristian était
mourant et il désirait plus que tout pouvoir répondre
présent au mariage de son fils unique et héritier. De
plus, il aimait tellement Marlene qu'il ne voyait rien qui ne
retenait cette union. Finalement, le couple s'unit pour la vie, dans
le meilleur et pour le pire au mois de juin et quelques mois qui
suivirent, Marlene annonça l'heureux événement
qu'elle attendait. Elle était enceinte de deux mois. L'état
de Mr Von Thiensen devenait de moins en moins bon... Sa santé
se dégradait mais son rêve était réalisé,
son fils était marié et il y aurait un descendant.
Quelle ne fut pas la surprise d'accueillir sept mois plus tard, à
Los Angeles où le couple avait élu domicile depuis 5
mois déjà, deux adorables nourissons répondants
aux prénoms de Friedrich Ivan Bernhard Von Thiensen et de Zara
Michelle Emilie Von Thiensen. Et puis, s'ensuivit la mort de Mr Von
Thiensen. Deux événements tellement différents,
l'un heureux, l'autre triste... Autant vous dire que les deux jumeaux
auront de tristes anniversaires...

Mais ces enfants tellement
craquants faisaient le bonheur de tous. Zara fut, étant bébé,
si souriante, elle gazouillait sans cesse. Un vrai bonheur de l'avoir
avec elle. Marlene ne la quittait jamais ou lorsqu'elle devait
s'absenter, son père s'occupait merveilleusement d'elle ou
alors, de temps à autres, une nurse, Marie-Angelica, les
épaulait. L'enfance de Zara Von Thiensen fut simple mais
tellement belle. Toujours entourée, elle ne devint pas
capricieuse, du moins pas autant que sa mère.
Cristian et
Marlene étaient désormais entourés de deux
adorables enfants, leur vie était parfaite. Ils avaient tous
deux un bon travail et leurs enfants étaient vraiment les
perles de leur vie.
Friedrich et Zara Von Thiensen eurent une
enfance très heureuse. Tout de suite on remarqua leur
caractère très différent. Friedrich, qui
ressemblait beaucoup à son père physiquement, était
un petit garçon dissipé. Il aimait beaucoup faire des
blagues et il avait besoin de bouger, il ne tenait pas en place.
Quant à Zara, qui avait hérité des beaux yeux
verts/gris de son père et de la chevelure blonde de sa mère,
elle était un peu plus réservée bien qu’elle
adorait rigoler avec son frère. Mais dès que se
trouvait un livre non loin d’elle, la petite fille n’arrêtait
plus sa lecture. Sa grande passion fut longtemps la lecture même
si à quatre ans, elle ne savait pas lire, elle adorait
regarder les images. Elle aimait aussi beaucoup écrire, elle
racontait des tas d’histoires qu’elle lisait à ses
peluches et particulièrement à Mr Pin-pin, son lapin
qu’elle garde aujourd’hui encore sur une étagère de
sa chambre.

Zara était une petite fille qui aimait
rêver. Elle adorait aller se promener avec sa mère dans
un parc et s’allonger près d’elle sur l’herbe bien
verte, le soleil face à elle. Elle pouvait aussi rester
longtemps au lit le matin se voyant Princesse ou la Belle au Bois
Dormant, son conte préféré.
En grandissant,
Zara était toujours une rêveuse mais elle avait mûri.
Elle était devenue studieuse et à l’école,
elle adorait se plonger dans un livre que de passer ses récréations
avec ses copines à jouer à la marelle. Ce n’était
pas une enfant rejetée, elle avait beaucoup d’amis mais elle
aimait déjà à dix ans séparer ses amis et
le travail. Les mercredis après-midi libérés et
le samedi, elle se trouvait toujours chez Carina ou Daniela, ou
encore Sebastian ou Alexander.
Ses parents étaient très
satisfaits d’elle. Ils avaient fondé en elle beaucoup
d’espoir. Quant à Friedrich, toujours aussi intenable, il
était dissipé en classe mais obtenait de bonnes
appréciations sans forcer le travail. Il était donc un
élève avec des facilités et ses parents s’en
réjouissaient mais ils avaient peur qu’un jour, tout ceci ne
s’écroule et qu’il n’arrive plus à suivre le
cursus scolaire.

Les enfants passa la majeure partie de sa vie
à Vienne. Zara vécut son adolescence comme un mouvement
de liberté. Ses parents la laissaient faire ce qu'elle
voulait, bien qu'elle ai toujours eu des couvres-feu et autres
consignes qu'elle respectait comme toutes filles parfaitements bien
éduquées.
Le collège arriva pour Zara. Elle
était devenue une élève de onze ans sage et
appréciée pour sa simplicité. C’était
une enfant souriante qui faisait plus de blagues qu’avant mais elle
ne mettait pas non plus son travail de côté. Elle
s’était promis de mettre un point d’honneur à ses
devoirs avant toutes choses. Ses professeurs la félicitaient
et l’encourageaient à poursuivre dans cette si bonne
voix.
Les mois passèrent et Zara passa en seconde année.
Elle adorait aller à l’école pour apprendre, surtout
l’histoire, matière qui la passionnait bien plus que les
mathématiques et la physique-chimie. Mais aussi pour retrouver
tous ses amis et manger de bons pains au chocolat L’année de
son entrée au lycée, Zara devint grande sœur.
Friedrich et elle n’étaient plus des jumeaux « unique
», non Elisabeth Angelica Von Thiensen était née.
Une adorable petite fille qui ressemblait davantage à son
père.
Au fil des années, les deux filles devinrent
très proches malgré les dix ans qui les séparaient,
elles étaient demi-sœurs mais se considéraient comme
des sœurs. Et puis, de toutes façons ça ne changeait
pas grand chose ! Zara s’occupait tout le temps de sa petite sœur,
elle la couvrait de bisous et faisait la babby-sitter.





Ce fut à son entrée au
lycée que Zara changea au niveau de son comportement. Cette
adorable petite fille aux bouclettes d’or devenait peu à peu
une jeune femme. Son corps grandissait et dans sa tête
également. Elle eut son premier baiser qu’elle ne put
s’empêcher de crier à tout le monde. Le premier arriva
donc puis le second et c’est ainsi qu’elle changea. Elle les
passait tous, son corps fascinait tous les hommes, son visage d’ange
faisait que tous craquaient pour elle et Zara jouait de ça.
Son désir montait et finalement elle perdit sa virginité
à l’âge de seize ans. Elle n’était plus la
petite fille qu’on emmenait partout, non, Zara avait grandi et elle
le disait. Fini de mettre les vêtements que la nourisse
préparait la veille pour le matin, elle voulait choisir ses
propres vêtements. Finies les petits nœuds dans les cheveux et
les serres-têtes, elle voulait définitivement passer à
autre chose et passer à une vie plus « rock’n
roll ».

Elle devint plus glamour, elle attirait
de plus en plus d’hommes et continuait de jouer avec ses
« joujous ». Des petits amis, on peut dire
qu’elle les a collectionné. Il y en a qu’elle a aimé,
d’autres pas. De toute façon sa devise est : « tomber
amoureux c’est pour les faibles, et moi je suis forte ».
Qu’elle s’y tienne dure à ça, l’amour ça
fait mal lorsque la personne en face n’éprouve pas les mêmes
sentiments que vous.


Zara a fait la connaissance de James
McMahon a l’inauguration d’une galerie du Metropolitan Museum of
Art et a parlé quelques minutes avec lui. Aussitôt, elle
a jugé qu’il serait la victime idéale. Néanmoins,
Jesse Murphy essaie depuis des siècles de la mettre dans son
lit et la belle Zara a de plus en plus de mal à résister…
Elle a connu Serena del Valle au tout début de sa première
année de fac puisqu’elles sont arrivées ensemble,
mais en retard, à un cours de littérature française.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fashion-world.highforum.net
 
Histoire ZARA VON THIENSEN
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La fausse histoire d'un vrai menteur.
» [Kamy]L'histoire d'un Crâ...
» Le Foot en LR une longue histoire : aujourd hui l AS BEZIERS
» [RP] Histoire d'un joyeux brigand
» L''histoire de la baguette Rhon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Under the tropical sun :: Hors-Jeu :: Flood-
Sauter vers: